du 4 janvier 2017

NÎMES (GARD) :

Le bus scolaire finit sa course contre une maison.

ACCIDENT - Le chauffeur de bus était à l’extérieur, essayant de fermer les portes, quand les freins ont lâché,
mardi matin, à Nîmes.


Le bus a percuté un pylône après avoir parcouru plusieurs mètres sans chauffeur.

 
Grosse frayeur pour la cinquantaine de lycéens passagers du bus Tango 51 ce mardi matin.

L'accident a eu lieu vers 7 h 30, avenue Kennedy à Nîmes. Le chauffeur du car scolaire, qui arrivait de Caveirac, venait de déposer des usagers. Au moment de repartir, impossible de refermer les portes. Le chauffeur décide alors d'essayer de les débloquer manuellement. Il sort et alors qu'il tente de régler le problème, les freins lâchent et le bus file sur plusieurs mètres, la cinquantaine de lycéens à son bord. Il percute un pylône et finit sa course contre une maison.

Les lycéens, coincés, ont dû briser les vitres pour sortir du bus.

À l'intérieur, les lycéens sont très choqués, ils ont eu très peur. Le bus est coincé contre la maison et les portes sont inaccessibles. Une étudiante du lycée Alphonse-Daudet à Nîmes raconte :

« Quand les freins ont lâché, on a eu peur. Heureusement, le volant était braqué à droite, ce qui a sans doute limité les dégâts, puisque le bus est allé tout de suite sur la droite, contre le mur, au lieu d'aller tout droit dans la circulation. Après, on ne pouvait plus sortir, les portes étaient inaccessibles. On a alors pris les marteaux et brisé les vitres. On a ainsi pu sortir du bus. »

 
Le frein mal serré ?

Une enquête de police a été ouverte. Elle permettra de déterminer s’il
s’agit d’une défaillance mécanique ou humaine. Chez Tango, on assurait, mardi, que le chauffeur aurait mal serré le frein et qu’il ne s’agirait pas d’un problème technique. Le bus aurait même été révisé il y a deux mois.
 

Une seule passagère a été très légèrement blessée et transportée à la clinique Kennedy, à quelques mètres à peine de l'accident.

Catherine UNAC