du 18 juin 2018

RIS ORANGIS (ESSONNE) :

Le chauffeur qui a oublié une fillette de 3 ans une demi-journée dans un car scolaire démissionne.


Ris-Orangis, ce lundi. Gabriella, 3 ans, aurait dû descendre du car pour se rendre à l’école maternelle Ordener. LP/Nicolas Sivan

 
Les employés de la mairie de Ris-Orangis chargés de déposer les enfants à l'école n'ont pas vu qu'elle était restée dans le véhicule ce lundi matin. Elle a été retrouvée peu avant midi.

Oubliée près de 4 heures dans un car scolaire à seulement 3 ans. C'est ce qui est arrivé à la petite Gabriella ce lundi, à Ris-Orangis. La fillette, montée vers 8 heures dans un véhicule de ramassage scolaire pour se rendre à l'école Ordener, n'a été retrouvée que vers 11h45. Ni les employés de la mairie chargés d'encadrer les écoliers, ni le chauffeur, ne sont aperçus qu'elle se trouvait toujours dans le véhicule. Une enquête administrative a été diligentée par la mairie.

« C'est extrêmement grave, tonne son papa, Christopher. Comment une chose pareille a-t-elle pu arriver ? Si elle était restée plus longtemps dans ce bus, cela aurait pu très mal se terminer. »

Ce matin-là, Gabriella attend en pleurs le car qui vient la chercher près de chez elle, dans le quartier Grand Bourg. Elle n'a pas envie d'aller à l'école. La petite fille de 3 ans monte quand même dans le véhicule, sous la surveillance des agents municipaux qui se chargent de ce ramassage scolaire gratuit.

Mais lorsque les autres élèves de l'école Ordener descendent, elle reste dans le car. Ce dont auraient dû s'apercevoir les adultes. « Il y a eu une erreur, souligne Stéphane Raffalli, le maire (PS) de Ris-Orangis. En principe, il y a un comptage à la descente du bus. »

Le véhicule de la société Nedroma repart et finit par se garer dans son dépôt de Saint-Germain-lès-Corbeil. Là non plus, le chauffeur ne se rend pas compte que la fillette est toujours à bord.

« On m'a appelé pour me dire que ma fille avait disparu »

Lorsque sa maman vient la chercher à la sortie des classes, à 11h30, le personnel de l'école est étonné : pour eux, Gabriella n'est pas venue ce matin. Ils ont beau fouiller tout le bâtiment, impossible de retrouver l'enfant de 3 ans. « On m'a appelé pour me dire que ma fille avait disparu », s'exclame Christopher, encore sous le choc.

Ce n'est finalement qu'en appelant la compagnie de transports que l'enfant est retrouvée. « Elle ne semble pas trop choquée, c'est une fille forte, indique son papa. Mais elle m'a quand même dit qu'elle avait pleuré dans le car. » Gabriella a tout de même été auscultée par un médecin dans la foulée.

Soulagés d'avoir retrouvé leur fille, les parents comptent déposer plainte. « Je veux que ça aille en justice, insiste Christopher. Il ne faut pas qu'une chose pareille se reproduise. » « C'est la première fois que cela nous arrive, indique Stéphane Raffalli. Mais c'est une fois de trop. Si des manquements sont constatés à l'issue de l'enquête, il y aura des sanctions. »

Nicolas Sivan