Note de l'ADATEEP

Ce tragique accident rappelle malheureusement plusieurs campagnes de l'ANATEEP :

en 2004 et 2005

en 2008

C'est un des moments importants des actions de l'ADATEEP en direction des jeunes.

du 4 octobre 2018

MONTFLOVIN (DOUBS) :

Drame du car de Montflovin : et les ceintures de sécurité ?
 


Le drame avait durement éprouvé le collège Lucie-Aubrac à Doubs, où étaient scolarisés Laureen et Mathis, les deux victimes. Photo d'archives Willy GRAFF
 

 
En marge de la condamnation du chauffeur pour homicides et blessures involontaires, une question a plané au-dessus du procès, ce mercredi à Besançon : que fait-on de la problématique des ceintures rarement attachées dans les transports scolaires ?

Arrêt sur image : la présidente du tribunal Sophie Fouché a les conclusions de l'expertise technique sous les yeux. Tout y est détaillé. « Ça se joue à pas beaucoup », conclut-elle en soupirant, « à une dizaine de km/h de trop et aux ceintures. » Non attachées. Ni pour Mathis, ni pour Laureen, ni pour personne. Ni dans le Haut-Doubs, ni nulle part ailleurs dans le pays. Question de mentalités, disent certains. Question grave, de toute évidence.

Dans le car de Montflovin, seule une affiche rappelait l'importance de cette règle basique de sécurité. Insuffisant. Le chauffeur a été reconnu pénalement responsable , ce mercredi à Besançon, mais il convient de poser et porter tout haut, cette question que tout le monde se pose tout bas : à quand de nouvelles mesures concrètes, efficaces et salutaires à propos du port de la ceinture en transport scolaire ?

Alors que depuis plusieurs années, les pouvoirs publics font de la lutte contre la mortalité routière une (noble) priorité, combien de dizaines, de centaines de milliers d'élèves filent chaque matin à 50 km/h, 60 km/h, 70 km/h, 80 km/h sur les routes de France, sans être attachés ? Combien encore de Laureen, de Mathis morts sur le chemin de l'école ?

W. G.